La Magie de Poudlard

Nous sommes ravis de vous retrouver pour cette nouvelle année à Poudlard ! Nous espérons que l'école sera à la hauteur de vos attentes comme vous serez à la hauteur des siennes.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Narvath

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Conférencier
Conférencier
Messages : 746
Date d'inscription : 28/08/2012
Age : 18
Localisation : Chez moi :D

MessageSujet: Narvath Mar 4 Sep - 15:32

Article posté par ΩMalicia.
Paru le dimanche 11 décembre 2011 à 15:50
Vu 42 fois.
Note : (6 votes)

Narvath
Concours d’Écriture n°1
05/12/2011



La journée se passa exactement comme d'habitude, de manière très simple et ordinaire.
Après m'être levée et avoir pris mon petit déjeuner, composé de toasts et de lait, je me précipitai sous la douche afin d'achever de me réveiller. Puis, vêtue de l'uniforme de mon Collège de Cambridge, je sortis de la maison en catastrophe pour rattraper mon bus.

- Enfin ma p'tite, dépêche-toi un peu ! J'ai des horaires à respecter, moi !
- Pardon monsieur ! Je suis désolée !

Grommelant dans sa barbe, il démarra et ne dit rien de plus, tandis que je prenais place à mon siège habituel.
En cours, j'eus une fois de plus du mal à me concentrer. Le cours d'anglais de madame Smith était propice à la sieste. Il me permettait de laisser mon esprit s'évader... Étrangement, je rêvais de voler, de métamorphoser des objets en animaux, ou inversement... Comme le dirait un de mes auteurs français préférés, j'ai l'âme d'une Marchombre. Je voudrai caresser la Lune et tutoyer les étoiles. Évidemment, je sais que cela n'est pas possible. Alors je revins à la réalité, agacée par la voix nasillarde de madame Smith (« Be quiet please !).C'est alors que se produisit une chose plutôt étrange. J'ai l'habitude de voir des choses étranges autour de moi, mais j'ai remarqué au fil du
temps que c'était surtout lors d'émotions fortes. Or, dans mon état de zombie actuel, cet événement ne pouvait pas être de ma faute.
Un hibou avait percuté la fenêtre de ma salle de cours. A présent, il tapait au carreau, attirant sur lui l'attention de toute la classe. Les élèves le montraient du temps en riant.
Et le hibou portait une lettre.
J'avais vraiment l'impression que le hibou me regardait moi. C'est stupide bien sûr, pourquoi un volatile transporterait-il du courrier ? Et encore en plus, pourquoi à moi ?

- Oh, arrêtez donc de regarder cet oiseau et concentrez-vous sur le cours ! Nous en étions aux œuvres d'Oscar Wilde !

N'obtenant aucun résultat notable -seuls quelques éclats de rire supplémentaires vinrent accueillir cet éclat, le professeur entreprit de chasser lui-même le hibou en ouvrant la fenêtre :

- Allez, ouste ! Va t-en !
- Houhou !
- Pchiitttt ! Déguerpis !
- Houuu !
- Envole-toi, te dis-je ! cria madame Smith en lui jetant le torchon plein de craie.

Ulcéré par cette agression, le rapace émit une sorte de feulement et donna un coup de bec bien placé. Effrayée et criant de douleur, le professeur recula, laissant l'accès libre au hibou, qui se précipita aussitôt dans la salle. Pour atterrir... sur ma table.

- MISS LEWINS !

Hypnotisée par les yeux ronds et dorés du hibou, je ne l'écoutai pas.

- MISS ! ELOIGNEZ-VOUS DE CET OISEAU !

Fascinée par la belle enveloppe, je ne l'écoutai pas. L'écriture élégante était d'un magnifique vert émeraude :


Miss Elizabeth Lewins
Salle de cours 33, bâtiment F
Collège de Cambridge, Cambridge

Les mains tremblantes et surveillant du coin de l'œil le bec acéré,
j'entrepris de défaire le nœud qui attachait la lettre aux pattes du hibou. Une fois cela fait, il hulula à nouveau, écarta ses grandes ailes et repartit vivement par la fenêtre toujours ouverte. Plus folle que jamais, madame Smith hurla de toute la force de ses poumons enfumés par le tabac :

- MISS LEWINS ! (korf, korf !)

Je sursautai violemment, mais parvins à rattraper la lettre juste avant qu'elle ne m'échappe.

- C'est vous ! Vous avez dressé ce hibou pour m'agresser ! Chez monsieur le Directeur, TOUT DE SUITE !

Trop abasourdie pour protester, je m'exécutai, effrayée.
Je passai le restant de l'après-midi dans le couloir face au bureau, après être entrée dans le-dit bureau. Le directeur n'ayant pas de preuve réelle, je n'avais pas été punie. A présent, il s'entretenait avec mes parents.
Le retour en voiture fut silencieux et lourd. Ce n'était pas la première fois que j'étais convoquée chez monsieur le Directeur...
Il était arrivé, plusieurs fois, qu'un morceau de mur tombe malencontreusement sur l'élève avec lequel je me querellai. J'étais bien sûr accusée, même si personne ne voyait vraiment comment je pouvais casser un mur. Ou comment je pouvais avoir dressé des pigeons pour qu'ils fassent leurs
besoins sur la personne souhaitée.
Lorsque nous arrivâmes à la maison, je me précipitai dans ma chambre, la lettre cachée dans mon
manteau. Elle était un peu froissée, mais mon cœur battait toujours aussi fort, je le sentais entre mes côtes. Je l'ouvrai.
Et ma vie changea à jamais.
J'étais une sorcière, je comprenais à présent quels étaient ces évènements étranges autour de moi !
Cette énergie que je sentais circuler dans mon corps, cette présence
dans mon cœur, ce souffle qui me parvenait parfois alors qu'il n'y avait même pas de vent, c'était la Magie !
Je suis Elle, Elle est moi.
Elle parcourt mon corps, modèle mon esprit, est mon âme.
Cette vérité, que, je m'en rends compte à présent, je savais depuis toujours, imprégna tout mon être. Je ne fais qu'un avec la Magie, c'est ce que je suis, c'est ce que j'ai toujours été. Ce murmure amilier, et pourtant inconnu...
La chaleur qui se répandait amicalement dans mon cœur stoppa net lorsque la réalité me rattrapa. Et si c'était un canular ? … Non, à moins que quelqu'un n'ait dressé un hibou... Et qui aurait pu manipuler les gens, les bâtiments et les objets autour de moi lors d'émotions fortes ? Donc, ce qui m'arrivait là n'était pas une mauvaise blague. Et comment pourrais-je dire ça à papa et maman ? Que leur fille chérie était sorcière ?
Non.
Je ne devais pas m'inquiéter.
Ce moment n'appartenait qu'à moi, à moi seule, et à ma Magie.
Un calme absolu m'envahit alors, et pour la première fois, je fis sciemment de la Magie.
uvrant la main, un papillon aux ailes aussi bleues que mes yeux s'envola vers la fenêtre grande ouverte, porteur d'espoirs.



_________________


Hermione-Granger, véritable Gryffone ♥️

Gryffondor, une maison unie ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myfantasyworld.eklablog.com/

Narvath

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Magie de Poudlard :: Bibliothèque :: Concours d'Ecriture :: La plume de Serpentard-