La Magie de Poudlard

Nous sommes ravis de vous retrouver pour cette nouvelle année à Poudlard ! Nous espérons que l'école sera à la hauteur de vos attentes comme vous serez à la hauteur des siennes.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Devoir d'Histoire de la magie (Luna Loovegoed -> Loulotte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Conférencier
Conférencier
Messages : 746
Date d'inscription : 28/08/2012
Age : 18
Localisation : Chez moi :D

MessageSujet: Devoir d'Histoire de la magie (Luna Loovegoed -> Loulotte) Ven 7 Sep - 15:05

Article posté par Gilmour.
Paru le mardi 21 décembre 2010 à 23:06
Vu 25 fois.

Devoir de Luna lovegood
Année 1 - devoir 7

La réunion de Sormiounoux.



Tous les grands chefs et les grands sorciers de l’époque se réunirent dans la forêt de Sormiounoux afin de tenir une réunion plénière sur la situation. En effet les sorciers s’étaient mis à dos les moldus grâce à l’influence des gens d’Eglise sur les moldus. La réunion se déroula sous la résidence du grand chef du monde de l’intérieur, le Grand Alex le Preux. Les avis des sorciers étaient partagés en trois. Certain voulaient combattre et éradiquer les gens d’Eglise. Après tout se sont eux qui les ont attaqués les premiers, eux ne font que se défendre. D’autres pensaient que puisque les moldus se détachaient d’eux et ne les écoutaient plus, ils devaient disparaître et laisser les moldus écouter et croire ce que disait l’Eglise. D’autre enfin ne souhaitaient pas combattre mais ne voulaient pas non plus laisser les moldus dans l’erreur. Le débat se déroula dans une ambiance agitée. En effet chacun défendait avec appui son point de vue. Tout le monde criaient et augmentait la portée de leur voix grâce à un sortilège. Il fut difficile pour le Grand Alex le Preux de ramener le calme et crut véritablement devenir sourd. Il lança un imposant et assommant feu d’artifice dans les airs. Tous les sorciers arrêtèrent leurs activités bruyantes et s’assirent. Quand le calme fut revenu parmi l’assemblée, la parole revint au sage et directeur de l’école de magie, le grand Flantochus Argétemis. Il expliqua dans un discours clair et concis que les persécutions contre eux allaient bientôt commencer. Il sera alors difficile et presque impossible de ramener la paix d’avant entre les deux peuples. La seule solution était de devenir invisible aux yeux des moldus, de disparaître de leur existence. Un vote eu lieu et le directeur de l’école de magie fut ravie de voir qu’il avait réussi à convaincre les grands chefs sorciers. C’est ainsi que les sorciers devinrent des clandestins et que les moldus ignorent encore et toujours leur existence


Article posté par Gilmour.
Paru le jeudi 20 janvier 2011 à 00:08
Vu 27 fois.

Devoir de Petitange
Année 1 - devoir 2

Le défi de Grand-Pierre, raconté par Bofian-Le-Vif


Bofian-Le-Vif, le conteur de la tribu, s’installa près de feu et entama son récit d’une voix chevrotante.
« Dans un rêve, une nuit, un Dieu m’est apparu. Il m’a alors conté l’histoire de Grand-Pierre.
Grand-Pierre est un homme fort et courageux, habitant dans la « Région Désertique » ! Il était malheureusement si petit qu’on le prenait pour un enfant de la tribu et il ne s’appelait pas encore Grand-Pierre… Alors ce jeune homme petit mais courageux décida de se venger de tous ces sots qui jugeaient les gens de petite taille comme des enfants. Il alla discrètement dans la petite caverne garde-manger et vola deux jambes de mammouth et une biche. Ensuite il s’enfuit et courut toute la nuit avec ses jambes de mammouth et sa biche. Arrivé à l’extrémité de la « Région Désertique » il chercha une caverne inhabitée et s’installa. Les jambes de mammouth callées sous sa tête et la biche sur son torse, il s’endormit. Deux heures plus tard, l’aurore se couchait pour laisser la place au soleil. Il se réveilla, vérifia qu’il avait toujours sa viande et se mit au travail. Il fouilla dans les herbes à proximité de la grotte et finit par trouver un silex qu’il tailla habilement à l’aide d’une pierre ronde et plate. Avec ce silex il écorcha la peau de la biche et tailla cette dernière pour s’en faire une couverture pour la nuit et un pagne pour le jour. Avec les os de la biche, il se fabriqua quelques armes pour la chasse et avec sa vessie et son estomac se confectionna des sacs où il entreposa ses armes. Enfin, il fit de même avec les jambes de mammouth mais en épargnant les sacs. Puis il dormit un peu, ses sacs contenant la viande et les armes sous sa tête. A la tombée de la nuit il repartit et pour la première fois, il sortit de le « Région Désertique ». Au-delà de cette région, l’herbe n’était plus rare ni jaune mais elle affluait et elle était bien verte. Il entendait avec surprise tous les bruits des animaux si rares dans sa région. Il vit avec étonnement des oiseaux colorés s’envoler des arbres verts, des biches passer devant lui avec leurs faons. Il dénicha une caverne au milieu de la nuit et décida de s’y établir pour dormir un peu. Au lever du soleil il se réveilla et prépara ses armes en os. Il sortit sur le seuil de la caverne et aperçut une multitude d’animaux inconnus. Il se réjouit tout d’abord puis se rassit et réfléchit. Il était venu ici pour prouver qu’il n’était plus un enfant, pour montrer qu’il avait tué des animaux inconnus de tous. Il se releva, sortit ses armes et se mit à marcher, les sacs battant son flanc. Il tua bien en tout 5 espèces d’oiseaux différentes, deux zèbres, une autruche et un ours brun,(animaux inconnus des habitants de cette région) mais aussi de petits lézards et trois biches. Extrêmement satisfait, le jeune chasseur, nommé alors « Pierre-Le-Frêle-Et-L’inexistant » traîna ses proies jusqu’à la caverne où il avait dormi la nuit durant. Il dépeça une par une les trois biches pour fabriquer de belles peaux pour sa mère, son père (le chef de la tribu) et sa sœur, une jeune coquette. Ensuite il se servit de tous les organes creux qu’il pût trouver dans les corps des bêtes pour en faire des sacs et transporter les petits oiseaux et les armes nouvelles qu’il avait expérimentées. Il se remit en route vers sa caverne natale en traînant tant bien que mal les énormes dépouilles des zèbres, de l’autruche et de l’ours. Il mit beaucoup plus de temps au retour à cause de ces mêmes dépouilles et il arriva à sa caverne un mois plus tard après son départ de la caverne, soit un mois et demi en tout. Il fût, à sa grande surprise, accueillie par toutes les femmes et les petites filles de la tribu en pleurs. Les hommes étaient partis à sa recherche ! Vers l’Est alors qu’il était parti au Sud ! Les femmes allèrent exposer les corps des bêtes à l’entrée de la caverne tandis que les petites l’entraînaient vers une pierre. Les femmes revinrent et toutes s’assirent autour du jeune homme qui raconta ses aventures. Plus tard, les hommes revinrent de leur expédition et quelle ne fût pas leur joie de découvrir le jeune homme sain et sauf ! Ce dernier leur raconta alors ses aventures. C’est ainsi qu’on l’appela Grand-Pierre malgré sa petite taille. »


Article posté par Gilmour.
Paru le jeudi 20 janvier 2011 à 00:24
Vu 38 fois.

Devoir de Aiyana Najera
Année 1 - devoir 1


Notre histoire commence lors de l’apogée du monde romain, les sorciers n’existaient pas encore et les moldus vivaient pour la plupart en paix. Ils croyaient tous en des Dieux très puissants : les Dieux de l’Olympe. L’humanité vivait sa période la plus riche et peut être la plus heureuse mais les Dieux n’étaient pas contents : ils voulaient créer des êtres encore plus puissants, encore plus dignes d’être les maîtres du monde. Alors ils cherchèrent dans tous les plus petits recoins de la terre les gens les plus forts et les plus intelligents et ils les trouvèrent mais alors qu’il était proche du but, la déesse Athéna souleva un problème :
- Nous ne pouvons pas créer un peuple trop puissant, ils seraient tellement forts qu’ils chercheraient à nous détrôner et ce n’est pas ce que nous souhaitons n’est ce pas ?
- Non mais il faut quand même créer un peuple qui contrôlera le monde quand nous ne serons plus là, dit Poséidon.
- Il ne faut pas non plus créer des êtres parfaits sinon les gens se poseront des questions, riposta Héra.
- De plus s’ils sont plus parfaits que nous ils ne nous respecteront pas, dit Zeus.
- Alors quelles qualités rechercherons-nous pour les habitants de ce peuple ? demanda Déméter.
- La beauté ! répondit Aphrodite.
- L’intelligence ! rétorqua Athéna
- La fidélité ! renchérit Héra.
- La force ! ajouta Poséidon.
- Le courage ! répliqua Arès.
- J’ai dit que je ne voulais pas des gens parfaits, gronda Zeus.
- Alors nous n’avons qu’à créer un peuple fait de gens normaux, des gens beaux et laids, riches et pauvres, courageux et peureux, intelligents et bêtes, forts et faibles; s’exclama Artémis.
- Oui comme ça les gens ne se douteront de rien, renchérit Apollon.
- D’accord, alors allons chercher des personnes qui le méritent vraiment, commanda Zeus.
- Mais comment seront ils plus puissants que les autres hommes s’ils sont exactement pareils, demanda Arès.
- Nous leur donneront quelque chose de plus puissant que n’importe quoi, répondit Hermès, quelque chose qu’aucun Homme n’a jamais possédé : de la magie.
Tous les dieux acquiescèrent et ainsi ils cherchèrent parmi les Hommes des gens totalement différents, ils les trouvèrent et leur donnèrent chacun un peu de leur magie. Les Hommes en furent honorés et promirent de ne jamais oublier qui ils avaient été, de toujours respecter les non-sorciers mais de leur cacher leur nouveau statut car la soif de pouvoir et la jalousie des Hommes auraient put les mener à de terribles choses.
Et c’est ainsi que les premiers sorciers furent choisis et même s’ils n’ont pas toujours respecté le serment qu’ils avaient passé, ils n’ont jamais oublié que c’est grâce aux divinités qu’ils étaient ce qu’ils étaient et ils en seraient éternellement reconnaissants.


Article posté par Gilmour.
Paru le dimanche 30 janvier 2011 à 00:12
Vu 55 fois.

Devoir de Petitange
Année 1, devoir 3


"C'était un hiver rude. Les loups n'avaient plus de quoi se nourrir, alors avant de s'entretuer ils décidèrent de chercher leur nourriture ailleurs. Le voisin de ma sœur fût la première victime. Dévorés par les loups, les hommes de notre village disparurent peu à peu. Nous, les femmes, nos enfants ainsi que le mage Antoninus Garoutinus nous réfugièrent à l'extrême limite du village. Bientôt nous dormions tous dans la même maison, celle du vieux sorcier. Un soir, ne trouvant pas le sommeil, je me levais et allait voir le sorcier. Il contemplait la lune. Tout à coup, des points rouges apparurent, tout autour de la maison de Garoutinus. Sans réfléchir, le sorcier leva sa baguette vers les loups et lança une incantation que je ne pus retenir dans ma mémoire. Le sorcier me poussa alors violemment sur le côté. Sans doute ne voulait-il pas que je vois l'effet de son sortilège mais je le vis tout de même avant de rentrer protéger mon fils...Les loups se transformaient un à un en humains ! Le lendemain matin, la maison contenait quinze humains de trop. Le sorcier expliqua alors que tout un village avait été attaqué et que ses habitants avaient voulus se réfugier ici, connaissant la grandeur de Garoutinus. Le soir même, je n’arrivais toujours pas à dormir. Je rejoignis donc Antoninus qui m’accueillie comme une sœur autour de son feu de camp. Je le vit alors se lever et m’adresser un sourire. Puis il s’enfonça dans les profondeurs obscures du bois. Je me levais et le suivais sur un coup de tête. Bientôt épuisé par la neige et le froid, le sorcier s’arrêta et aperçut un loup. Le chef de meute, je le reconnaissais avec surprise ! Leu-leu avait en effet tué mon homme, mon compagnon mais je en savais pas qu’il était toujours en vie. Comme quoi les loups sont plus résistants qu’on ne le croie. Le sorcier lança son incantation à double-sens mais au même moment le loup planta férocement ses crocs dans le poignet de l’homme. Ils s’évanouirent. Je n’osais plus bouger, perchée dans mon arbre. Bien plus tard, je me réveillais en sursaut. Antoninus traînait un corps de loup derrière lui, il reprenait la direction du village ! Je sautais au bas de mon arbre et suivais sans bruit le sorcier. A ce moment, le loup émit un grognement vague et se transforma en humain moldu, sans aucun souvenir. Je décidais de raconter au sorcier que j’étais une alliée, une sorcière tout comme lui mais…il m’aurait sans doute bannie pour éviter que je ne lui prenne sa place au sein du village. Deux nuits plus tard, c’était la pleine lune. Tout le village était à présent repeuplé comme les autres d’ailleurs. Je regardais la pleine lune par la fenêtre et entendit alors un grognement. A l’étage, le loup transformé en moldu redevenait un loup ! Il avait en faite était à moitié transformé, ce soir de pleine lune où Antoninus lui lança un sort. Il avait donc gardé son état d’esprit de loup ! Il sauta par la fenêtre et galopa vers la maison du sorcier. Il le tua d’un coup de dent et s’en alla mordre les anciens de sa meute. Il voulait reconstituer sa meute ! Les habitants du village s’aperçurent de cette anomalie à se transformer en loup les soirs de pleine lune et ils tuèrent la plupart des hommes mordus. Les autres s’enfuirent. Au fil du temps, ces étranges créatures se nommèrent Hommes loups de Garoutinus, loups de Garoutinus, loups de garous et finalement loups garous."


Article posté par Gilmour.
Paru le lundi 23 mai 2011 à 00:46
Vu 24 fois.

Devoir de Loulotte
Année 1, cours 1


Les Moldus ont dans leur histoire de nombreux mythes et légendes à l'origine de leur tradition. Si pour eux ils ont tous un fond de vérité, c'est avant tout une implication sorcière qui en est l'origine...
Et l'exemple le plus connue et celui qui fonda à la fois la religion chrétienne et la naissance du peuple sorciers.
Nous sommes en l'an 0, et cette belle nuit étoilée de décembre voit la naissance de l'enfant roi, le Messie ou plus sobrement Jésus, tel que l'ont nommé ses parents. Désigné par de nombreuses prophéties, comme l'enfant sauveur du monde, il cache en lui des ressources insoupconnées...
Ce n'est que des années plus tard, après avoir terminé son apprentissage en charpenterie avec son père Joseph, que Marie sa mère lui raconta l'histoire de sa naissance. Une conception divine, un message angélique qui fait de lui le fils du seigneur. Si au début de sa vie Jésus a suivi les traces de ses parents, cette nouvelle le bouleverse. Elle le pousse à faire quelque chose de nouveau, à aider son prochain. Il se sent porteur d'un message universel, et le distribue dans ses promenades diverses. Rejoint par de nombreux adeptes, il ne tarde pas à traverser la galilée à la rencontre du peuple hébreux. Et c'est là, au gré de ses voyages qu'il découvre enfin sa vrai nature et qu'il fait découvrir qui il est... un faiseur de miracles! La nourriture abonde devant lui, les paralysés marchent, les aveugles voient et l'eau n'est pas un obstacle à ses pas... Oui il est là le sauveur extraordinaire qui peut changer des vies... Personne ne savait encore à quel point cela allait être vrai...
Jalousé et poursuivi par le pouvoir, il sera livré aux armées romaines, mort en martyr sur la croix, tout un symbole, et un signe sur les persécutions à venir...
Mais ce n'est pas sa mort ou sa vie qui encourage les hommes à l'appelé Christ et fils de Dieu... Non! C'est cette rumeur qui se propage plus vite qu'un feu, annonçant le retour du sauveur, mort et réssucité! Voilà ce qui se dit...
La légende sorcière parle elle d'un retour de l'esprit, d'un fantôme qui n'avait pas terminé sa mission et ne pouvait sereinement passer dans l'au delà... Puisque c'est bien ça qu'il s'agit... Comment annoncer le partage de son pouvoir? Comment expliquer que ses miracles apportait magie aux plus démunis?
Et c'est au moment du départ, au dernier souffle que sa magie lui permis de rester, rester pour témoigner, pour écrire pour crier enfin le partage de cette nouvelle!!
Un carnet, pauvre et usé, mais riches de noms, noms qui avaient reçu un cadeau, démunis avant son passage et riches de magie après...
Un carnet qui pu rassembler ces miraculés, et les voir appréhender et modeler leur dons avant de le transmettre eux même sans jamais oublier de rajouter des feuilles...au carnet...

Voilà donc comment les moldus ont vus la naissance d'une nouvelle religion, là où le peuple sorcier est enfin nés... Les premiers noms du carnet furent les premiers sorciers, et transmirent leurs dons au fil des générations... Impossible donc de choisir ou pas, c'était écrit...

Personne ne sut comment Jésus, le premier, les avait lui même reçu... Pas même qu'on ne sait encore aujourd'hui expliqué la naissance de sorciers parmi les moldus... Serait ce un don divin? serait ce enfin le lien entre moldus et sorciers? Là où l'autorité divine apporte un sauveur il fait naître un sorcier...

_________________


Hermione-Granger, véritable Gryffone ♥️

Gryffondor, une maison unie ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myfantasyworld.eklablog.com/

Devoir d'Histoire de la magie (Luna Loovegoed -> Loulotte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Livre] Histoire de la Magie, par Bathilda Tourdesac
» [Histoire de la Magie] Programme et tests de l'année
» Premier cours d'Histoire de la Magie - Toutes années confondues
» - Examen d'Histoire de la magie // Terminé
» [Cours d'Histoire de la magie] Premier cours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Magie de Poudlard :: Bibliothèque :: Les meilleurs devoirs :: Le meilleur de l'Histoire de la Magie-