La Magie de Poudlard

Nous sommes ravis de vous retrouver pour cette nouvelle année à Poudlard ! Nous espérons que l'école sera à la hauteur de vos attentes comme vous serez à la hauteur des siennes.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Devoir de Métamorphose (Cinna~Moo->Zoey-Redbird)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Conférencier
Conférencier
Messages : 746
Date d'inscription : 28/08/2012
Age : 18
Localisation : Chez moi :D

MessageSujet: Devoir de Métamorphose (Cinna~Moo->Zoey-Redbird) Dim 9 Sep - 12:49

Paru le dimanche 31 octobre 2010 à 15:40
Vu 17 fois.
Note : (2 votes)

Devoir de Cinna~Moon Année 1, cours 6

- Maman ? Fermant les yeux, j'aspirais bruyament comme me l'avait conseillé de faire Capricia.

Nuit et jour, jour et nuit j'avais en vain retourné dans ma tête la question existentielle de mes vacances : Comment annoncer un aussi mauvais bulletin à ma mère ?
L'idée ne m'était venue qu'hier, après le repas, où Trystan, comme d'habitude faisait voleter autour de la table ses petits dragons plastifiés tout en s'arrangeant pour me cacher l'écran de l'ordinateur.
- Trys... J'avais grondé, excédée par les bêtises de mon angelot de frère. Je vais m'énerver, je le sens, alors arrête de jouer avec tes stupides bestioles et laisse-moi en paix.
- Nan ! Il avait grimacé et m'avait tiré la langue, fier de lui : eux ils sont plus intelligents que toi, avait-il marmonné en pointant du doigt un dragon mauve et vert, avant de monter dans sa chambre.

Maintenant, focalisant sur ma matière préférée, je n'étais plus du tout sûre de mon coup.
"Transfiguration".

Je me tournais vers le miroir doré et rouvrais les yeux. Au premier coup d'oeil, je fus satisfaite de moi. Le pelage luisant de propreté, mes yeux émeraudes soulignés par une truffe rose, j'étais un loup magnifique. Prenant dans ma gueule mon bulletin auparavant jeté sur le sol, je descendis prudemment les escaliers puis couru vers la cuisine. Je ne m'arrêtais que très brièvement, juste le temps d'aperçevoir ma mère s'évanouir sur le canapé à la vision d'un si gros animal qui de plus tenait entre ses dents mon bulletin, en criant :
- Un loup !!!

A la hâte, j'ouvrais la porte principale et m'engouffrais dans le jardin, dont je fis le tour pour remonter dans ma chambre. Cachant sous mon lit les précieux documents, je murmurais un "Untransfuguration" quasi inaudible et, le plus naturellement du monde descendais à la cuisine.
- Maman ?
Pendant qu'elle revenait à elle, je souris, satisfaite de mon plan perfectionniste.
- Mon dieu ! Elle ouvrit grand les yeux, je suis sûre que cette grande bête avait quelques chose dans la gueule !
- Sûrement mon bulletin, annoncais-je, masquant avec peine le fou-rire qui me gagnait...


Paru le lundi 1er novembre 2010 à 21:03
Vu 13 fois.
Note : (3 votes)

Devoir de Zoey-Redbird Année 1, cours 6

Mon obsession se situe environ entre la troisième maison de la rue des Sentinelles, et l'immeuble d'en face. En fait, ma vie toute entière est tournée vers cet imposant bâtiment. La banque moldue. Et j'ai la chance, aujourd'hui, d'accomplir mon rêve le plus fou : cambrioler ce si bel édifice. Pour une sorcière, aussi médiocre fut-elle, vous devez vous dire que ce ne doit pas être d'une très grande difficulté. Et bien l'erreur est humaine, et heureusement, car vous vous trompez : je planifie tout depuis déjà deux mois, je me suis renseignée sur chacun des coffres et leurs propriétaires, sur chaque emploi du temps de chaque employé, sur chaque emplacement de chaque caméra... Dans les quelques minutes qui vont suivre, rien ne sera laissé au hasard, la plus minime des secondes sera sous mon contrôle.
«Transfiguration.» chuchoté presque silencieusement, dans un recoin de rue peu fréquentée, c'est dans une incroyable sensation de sûreté que je me transforme... en lézard. Parfait. Il n'y a pas d'animal plus parfait pour une mission comme celle-ci. Le lézard est minuscule, passe-partout, discret, et surtout fourbe. Au moment où vous croyiez l'avoir attrapé, il vous file entre les doigt, plus rapide qu'un serpent.
Très bien. A partir de maintenant, les minutes sont comptés.
Glissant telle une ombre, je me faufile par les portes vitrées qui s'ouvrent à l'approche d'une femme très chic, habillée de lunettes de soleil. Il est l'heure de pointe, la banque grouille de moldus, et ça n'en est que d'autant plus excitant. Je sens mon adrénaline de cleptomane bouillir comme de l'eau au bain-marie... Le mur de droite, au bout duquel se situe une issue qui mène vers l'antichambre, juste avant la pièce précédant elle-même la salle des coffres. Vingt-cinq secondes, parfait.
Je rampe entre les jambes d'un employé, trop concentré à se disputer avec sa femmes au téléphone au sujet de sa paye du mois pour apercevoir le petit reptile filant vers une salle interdite aux inconnus. Très vite, j'atteins l'antichambre. Trente-huit seconde et demi. Parfait.
A partir de là, pour que cette partie soit amusante, je préfère l'arpenter sous ma véritable forme. Rien de plus dangereux – autant pour moi que pour la communauté sorcière, si l'on venait à découvrir de quelle façon j'étais arrivée là. Et rien de plus alléchant que de transgresser les interdits en se moquant ouvertement des risques encourus. Je suis hors champs des caméras. «Untransfiguration.» Quarante-cinq secondes. Parfait.
Maintenant, tout se joue. Je me penche afin d'examiner la salle, dont je connais pourtant tous les secrets. Deux vigiles, trois caméras. Si facile... Je siffle.
- Tu as entendu ?
- De quoi ?
- Ce sifflement !
- Mais qu'est-ce que tu racontes ?
Je siffle à nouveau, presque imperceptiblement.
- Là, là, tu l'as entendu !
- Tu délires complétement ! Un conseil mon vieux, tu ferais mieux de consulter, tu sais, la paranoïa est une maladie.
Je ris intérieurement. Qu'est-ce que les moldus peuvent être stupides !
- Je me fous que tu ne me crois pas. Je vais voir.
Je le sens, il s'approche. Je sens que ça va être drôle...
- Mais qu'est-ce que...
Et bam. Un bon coup sur la nuque bien ajusté, bien dosé, histoire de ne pas l'achever, et le voilà à terre. Dire qu'ils ont suivi une formation pour devenir gardes, vraiment, ces moldus me laisseront toujours cette impression de naïveté profonde... Une minute est demi exact. Parfait.
Un cheveu de ce stupide vigile plongé dans du polynectar me suffisent à me retrouver dans un corps bien inconfortable.
- Ben, alors, t'as rien trouvé, me lance l'autre moldu d'un air moqueur quand il me voit arriver sous la forme de son collègue.
- Non, t'avais raison, je devrai consulter. Hey ! Tu as entendu ?
- Quoi encore ?
- A l'intérieur !
- Je ne peux même plus te faire confiance maintenant. Vas voir si tu veux, je reste là.
Sans un mot j'entre dans la pièce suivante, avec le consentement du portier qui plus est. On ne pourra pas dire que je me suis invitée ici par effraction. Deux minutes. Parfait.
Plus qu'une porte et...
- Tiens tiens, tu es encore arrivée la dernière.
Levant les yeux, j'aperçois la femme très chic de l'entrée, mais sans lunettes. Ses yeux rusées brillent d'un prétentieux éclat vainqueur. Zut. Capricia est encore arrivée avant moi !


Paru le samedi 6 novembre 2010 à 21:02
Vu 24 fois.
Note : (2 votes)

Devoir de Zoey-Redbird Année 1, devoir 9

Alaska m'avait prévenue : s'occuper d'un enfant était parfois bien loin d'une partie de plaisir.
L'après-midi commençait bien, pourtant. Arrivée à treize heures chez les Moon, mon amie s'était empressée de me conter le mode d'emploi d'un bébé de six mois et des poussières : s'occuper des couches culottes, veiller à la sécurité du bambin, le nourrir, et surtout le divertir... Encore insouciante, je lui avais ri au nez devant son anxiété exagérée. Maintenant, je me rendais compte que c'était tout à fait justifié : le minuscule Célestin était un véritable petit diable. Et encore, simple euphémisme : plusieurs fois j'avais hésité à appeler sa mère pour abandonner. Le garder était revenu à se battre avec un hippogriffe.
Tout d'abord, de ses yeux faussement angéliques, il avait hurlé et pleuré une bonne partie de l'après-midi ses parents sans discontinuer. Ce n'était que lorsque, à bout de nerf, je lui avais planté la tétine dans la bouche, qu'il s'était tu, trop occupé à mâchonner sa nouvelle pauvre victime. Mais joie très éphémère, car un quart d'heure plus tard, il était repartis pour me casser les pieds, un « Dou'ou ! » par là, un « Léh ! » par ici, et monsieur avait décidé d'imiter le chat, en faisant pipi sur un tapis de la maison et sur les draps de ses malheureux parents. Pendant une seconde, j'avais même regardé la fenêtre, tentée... Excédé, j'essayais toutes sortes de choses pour le divertir, histoire de l'empêcher d'hurler. Mais rien n'y faisait : figurines enchantées, contes aux images mouvantes, jeux farfelus me ridiculisant au possible, imitations grotesques, tétine parlante... Le désespoir n'était pas loin.
J'eus soudainement une idée. Sortant ma baguette et la prônant fièrement, je prononçais la formule : « E.bu.lios », pointant un jouet traînant près du bambin indifférent. Celui-ci se changea instantanément en une pluie de bulles de savon. Le visage de Célestin s'illumina, il se précipita pour tenter d'en attraper, et je soufflais pour la première fois de la journée de soulagement. J'avais la paix. Enfin, hélas pas pour longtemps.

_________________


Hermione-Granger, véritable Gryffone ♥️

Gryffondor, une maison unie ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myfantasyworld.eklablog.com/

Devoir de Métamorphose (Cinna~Moo->Zoey-Redbird)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Devoir de métamorphose
» Il y a soixante-dix ans, 1937 : 70 ans après, un devoir de m
» Article paru dans le Devoir sur Haiti (10-11 fevrier 2007)
» Règlement du cours de Métamorphose
» Le devoir d'une prêtresse - Première partie [Iseult]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Magie de Poudlard :: Bibliothèque :: Les meilleurs devoirs :: Le Meilleur de la Métamorphose-